rednoize propaganda

7 mai, 2007

compte rendu de la manifestation du 6mai à Paris

Classé sous 6 mai black day,anti sarko — rednoize @ 14:20

 

Ce que les médias ne disent pas : blessé grave, lacrymogène sur les pompiers et la protection civile, regret des policiers de ne pas avoir pu frapper, etc..

Dimanche, dès l’annonce des résultats un groupe de manifestants c’est déjà formé place de la Bastille. Très vite le cortège grossi, les compagnies de CRS aussi. Elles ferment toutes les sorties de la place en laissant entré néanmoins les passants.

Rapidement les forces de polices subissent des jets de bouteilles qui ont pour réponse des salves de 4 à 5 grenade lacrymogène en continue. Les manifestants, agressifs comme pacifistes sont noyés sous la fumée et plusieurs personnes sont en pleures.

Une manifestante reçoit un pavé en plein visage elle tombe au sol. La foule choquée court dans tout les sens. La protection civile arrive avec un brancard pour évacuer la manifestante, c’est alors que deux vagues consécutives de fumigènes sont lancées à quelques mètres du brancard. Dans la panique totale celui ci est renversé, la manifestante ne semble pas réagir, la protection civile recule. Fin des informations, les yeux brûlent et l’on retourne vers l’un des murs policier le plus proche. Les CRS sont avertis par plusieurs personnes du danger pour la manifestant, leur demandant d’arrêter quelques secondes de lancer du gaz, réponse « on ne peut rien y faire, un camion de pompier arrive ».

Un scooter brûle, trois pompiers tentent de l’atteindre mais à la moitié du chemin ils reçoivent juste devant eux une autre grenade lacrymogène, ils sont obligés de se réfugier sur les marches de l’opéra.

Plusieurs salves de gaz sont effectuées pour repousser les manifestants de la place Bastille. Une fois celle-ci canalisés dans une avenue, un groupe isolé profite du champ libre pour mettre le feu à une tente présente non loin de la place. Les alentours sont dégagés, les CRS sont à 20 mètres et personnes ne bougent. La police laisse volontairement faire alors que les manifestants pacifistes reçoivent quand à eux les gaz.

S’ensuit plusieurs barricades dans les avenus. Plus d’une 30aine de vitrines sont cassées (selon mon compte) mais la police n’intervient pas. Les charges ont quasiment toutes lieu qu’à partir du moment où il n’y a plus rien à détruire.

Les dispersions sont ensuite nombreuses, les regroupements aussi. Lors des charges visant à disperser la foule, les retardataires reçoivent l’acharnement des policiers en civils. Un manifestant témoigne « Je jouais tranquillement de l’harmonica quand j’ai vu les policiers en civil courir vers mois, j’ai reçu des coups de matraques à la cuisse et à l’avant-bras ».

Aux environs d’une heure, calme total à Nation où se regroupent une quarantaine de camions de gendarmeries et de CRS. En tendant l’oreille on peut entendre les policiers se vanter de faire courir les manifestants comme des lapins et de ne pas les voir « broncher » lorsqu’ils se prennent des coups. L’un ajoute, déçu semble t’il « si j’en avais eu un entre les mains je lui aurai foutu un bon coup de matraque ». Le conducteur d’un car de gendarmerie interrogé signale que la foule c’est dispersée d’elle-même. Pour ma part, je n’ai pas couru pendant plusieurs heures sans raisons…

Les escarmouches dures jusque 3H – 3H30. La division en petit groupe isolé ne se fait qu’ensuite, ceux-ci bloqueront quelques routes jusque 4H – 4H30.


 Militant Vibes

le lundi 7 mai 2007 à 09h27

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie d'une copropriété
| humanisons la terre
| El Suizo Boludo